Programme de recherche

Le rapport qu’entretient la culture médiévale avec les Pères de l’Église n’est en rien réductible à la vénération d’une autorité ancienne ; il est tout entier dans la mise au présent d’un passé continué. C’est à étudier les modalités textuelles, liturgiques et monumentales de cette présence médiévale de la mémoire patristique, envisagée dans sa dimension sociale et politique, que ce programme de recherche sera consacré. S’il se limite pour l’instant à l’Italie médiévale, sans s’interdire toutefois quelques incursions géographiques ou chronologiques, c’est d’abord par souci de cohérence thématique et documentaire : on envisagera le souvenir patristique in situ en tant qu’ils s’ancre dans ses lieux, au sens médiéval du terme, et configure un espace politique. En effet, dans la Milan d’Ambroise ou la Rome de Grégoire par exemple, les textes, les rites et les édifices constituent les points d’appui d’une actualisation de la mémoire efficace des Pères.

Les deux exemples qui précédent ne sont assurément pas pris au hasard. D’abord, parce que l’histoire politique du souvenir ambrosien constitue le premier champ d’expérimentation de la problématique d’ensemble que l’on entend construire ici. Elle a donné lieu à l’organisation de deux journées d’études, la première qui s’est tenue à l’École française de Rome en septembre 2011 et était consacrée à l’inventaire critique de la disponibilité sociale de la mémoire d’Ambroise, la seconde prévue à l’Université del Sacro Cuore de Milan en septembre 2012 destinée à étudier la dispute politique autour des usages de cette mémoire. C’est bien à partir de ce premier socle de réflexion que l’on tentera de généraliser notre approche de la tradition patristique. Or, l’un des ressorts les plus efficaces de la montée en généralité est bien l’histoire comparée. Par la chronologie des cristallisations mémorielles (avec notamment l’importance, que l’on ne saurait négliger, du moment carolingien) mais aussi par la portée monumentale et urbaine de ces patronages, la comparaison entre Ambroise et Grégoire s’impose.

Cette comparaison est évidemment asymétrique : si les phénomènes d’appropriations urbaines de la mémoire patristique peuvent être rapprochés (justifiant ainsi les expressions précédemment employées de Milan d’Ambroise et de Rome de Grégoire), la puissance d’universalisation des deux figures n’est pas comparable. C’est sur ce point que cette histoire comparée des constructions monumentales que nous appelons de nos vœux recoupe les enjeux d’une histoire politique et urbaine des dominations et des fonctions capitales. Dans le cas présent, la tension entre Milan et Rome comme capitales de l’Empire chrétien en constitue l’enjeu. À partir de cette tension comparative peut se construire d’autres jeux de combinaisons : comparaisons avec un tiers personnage (nous pensons par exemple à la figure d’Athanase pour la chrétienté orientale) ou regroupements mémoriels déjà constitués (les quatre Docteurs de l’Église latine que sont, depuis 1295, Augustin, Ambroise, Jérôme et Grégoire).

En se donnant ainsi pour objet d’études des figures davantage que des traditions, on élargit le spectre disciplinaire du programme de recherches. La démarche philologique y a évidemment toute sa part, mais en tant qu’elle s’intègre au questionnaire commun d’une histoire politique des conditions sociales de la disponibilité conceptuelle du souvenir patristique. On pourrait dire de même de l’analyse iconographique, sur laquelle on peut également s’appuyer sur des acquis de recherches déjà solidement constitués. La méthodologie que l’on envisage se définit donc aisément : il s’agit d’œuvrer, à partir d’un objet de recherche précisément délimité, au décloisonnement des disciplines érudites qui, chacune à leur manière, interrogent la mise au présent du passé patristique dans l’Italie médiévale.

 

Responsables: Patrick Boucheron (Paris 1 – Panthéon-Sorbonne) et Stéphane Gioanni (École française de Rome)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *